Pire que ceux qui miment des guillemets en bougeant leurs doigts, il y a ceux qui utilisent des expressions qui ont le dont de nous agacer. Petit florilège des formules qui nous chatouillent la langue dès qu’on les entend ou qui auraient une légère tendance à nous crisper… au bas mot.

Ça fait sens

L’expression est une traduction littérale de l’anglais « it makes sens ». Justement, dit comme ça, ça n’a pas de sens.

C’est confusant

Cette expression est l’une des plus utilisées, on la deteste tous mais on l’entend toujours et encore. D’ailleurs, que celui qui ne l’a jamais utilisée lève la main ! Un joli néologisme qui hérisse le poil. C’est confus, ça suffit.

Au jour d’aujourd’hui

Evidemment, ça nous bloque net. Comment écouter le reste de la phrase quand on est déjà stoppé par le fameux « au jour d’aujourd’hui » et que l’on ne peut s’empêcher de continuer dans sa tête en se martelant : c’est sûr parce qu’au jour d’hier…

J’ai envie de te dire

C’est l’expression à la mode, j’ai donc envie de te dire que ça passera.

Trop pas

C’est le « non » des jeunes. Il doit falloir être dans la cible pour l’utiliser celle-ci.

Quoi de neuf ?

Oh non ! Cette expression, c’est comme les gilets jaunes de sécurité que certains disposent sur le siège avant de leur voiture, il faudrait… l’interdire sous peine d’amende.

Mettre les points sur le i et les barres sur les t

Vous pensiez que cette expression n’était plus utilisée… comme vous avez de la chance. Pas moi.

Ça va les gens ?

Dans le genre impersonnel, on n’a pas trouvé mieux.

Je dis ça, je dis rien

Celle-ci, on la tolère uniquement quand notre interlocuteur à la tête « en vrac », c’est à dire qu’il la prononce devant nous après 2 caiperina, 3 vodka et 2 whisky.

On s’appelle, on s’fait une bouffe

C’est certainement l’une des expressions les mieux adaptées pour mettre fin à une conversation sans vouloir vexer la personne avec laquelle on papote. De la diplomatie, oui. Mais pour le coup de fil, on attend encore !

Merki

Là, on sait tout de suite à qui on s’adresse. No comment.

Mon homme

Que c’est moche ! Pourquoi pas « mon compagnon » tant qu’on y est ?

On demande : « Comment vas-tu ? » et l’autre répond : « Il va bien »

Comment réagir ? Il y a ceux qui acquiescent et ceux qui se retournent. Au choix.

Voili voilou

cf merki

Bonne continuation

Ici, on ne parle même plus d’expressions qui nous bloquent. Là, on givre carrément sur place.