L’Union européenne vers une mode plus durable, le Parlement approuve de nouvelles réglementations sur la transition verte

L’Union européenne vers une mode plus durable, le Parlement approuve de nouvelles réglementations sur la transition verte

9 juillet 2024 Non Par Valantine
Les Derniers Buzz

Actualité dans le domaine de la régulation des industries de la mode au niveau communautaire. Conformément au Green Deal, qui vise à atteindre la neutralité climatique dans l’Union d’ici 2050, deux textes législatifs ont été votés qui affectent la chaîne de production, de la conception au contrôle de l’approvisionnement.

Le Parlement européen

jeUnion européenne aspire à une mode de plus en plus durable. L’un des secteurs les plus polluants vit un moment de révolution : de la planification à un meilleur contrôle de la chaîne d’approvisionnement et fournir chPar ailleurs, la réglementation des industries de la mode est de plus en plus répandue. La semaine dernière, le Parlement a voté le règlement Conception écologique et la directive Csddd – Durabilité de l’entreprise Directive sur le devoir de diligencedeux barres faisant partie de Vert Accordl’ensemble des initiatives politiques proposées par la Commission qui visent à atteindre la neutralité climatique en Europe d’ici 2050. Il s’agit notamment, outre le règlement sur les chaînes d’approvisionnement zéro déforestation, du Vert Réclamations directif et autres Directive Csrd-Durabilité des Entreprisesdéjà inclus dans le paquet réglementaire qui guide la transition verte.

Le règlement Ecodesigne et le CSDD

Cette législation vise à placer le design au centre des objectifs écologiques. Avant que le produit ne soit conçu, il est essentiel de le rendre durable et réparable ; Le règlement établit de nouvelles exigences, qui doivent être accessibles à tous avec la création d’un passeport numérique qui permettra au consommateur de connaître l’impact environnemental de son achat en plus de simplifier son recyclage et son suivi en cours de route. fournir chaîne. Par ailleurs, la législation interdira la destruction des invendus. Cependant, au regard de la directive CSDDD, les entreprises et leurs partenaires, tant en amont qu’en aval, sont tenus de prévenir, arrêter ou atténuer les impacts négatifs de leurs activités sur l’environnement et les droits de l’homme. Quelques exemples rapportés dans le texte sont l’esclavage, l’exploitation, le travail des enfants, la perte de biodiversité et la destruction du patrimoine naturel.

La réglementation européenne dans le Green Deal

Concernant la réglementation déjà en vigueur, les directives Green Claim et CSRD prennent en compte la communication sur la durabilité des entreprises de mode. La première, entrée en vigueur le 26 mars, veut limiter les pratiques de greenwashing et remplace les termes comme « vert », « écologique » et « durable » par des données et des informations fiables et mesurables. La directive sur le reporting développement durable des entreprises, entrée en vigueur le 5 janvier, exige que les entreprises européennes et les filiales européennes qualifiées d’entreprises non européennes faire connaître son impact social et environnemental et celui de ses actions environnementales, sociales et de gouvernance sur l’entreprise. L’objectif est d’aider les investisseurs, les analystes, les consommateurs et autres parties prenantes à mieux évaluer les performances des entreprises en matière de développement durable.