Les pauvres, c’est le Lion d’Or de Venise 80 : quand il sort, il complote

Les pauvres, c’est le Lion d’Or de Venise 80 : quand il sort, il complote

8 avril 2024 Non Par Valantine
Les Derniers Buzz

pauvres choses (Pauvres créatures !) est le Lion d’Or de la Mostra de Veniseédition 80. Le film Yorgos Lanthimos – troisième fois pour le réalisateur grec à Venise après Alpes mon Le favori – a immédiatement reçu des éloges. Tout le monde a aimé, la presse et le public qui, tout comme les fans, l’ont immédiatement apprécié. Emma Pierre –absent à cause de la grève SAG-Aftra– parmi les cinq candidats à l’Oscar 2024 (on verra, et on verra si ce sera comme avec Olivia Colman, gagnante pour Le favori).

Pauvres créatures !  Emma Stone en compétition à Venise 2023. La bande-annonce

pauvres choses: l’intrigue du film Lion d’Or

Et pourquoi pauvres choses est-ce que tu as tellement aimé ? Parce qu’il est très difficile de résister. Bella Baxter, à cette jeune femme ressuscitée par le scientifique David Baxter (Willem Dafoe), créateur d’une ferme d’animaux fantastiques. D’autant plus que le film amplifie le fantastique en introduisant la comédie romantique, sabote le bizarre dans l’émancipation féminine qui est aussi une fête sexuelle, remportant – ce qui n’est pas courant parmi les films du Festival – le défi du divertissement.

Yorgos, avec Tony McNamara, avec qui il a écrit le scénario, exploite tous les artifices ironiques, l’impasse homme/femme, les expressions littérales et les doubles sens, dans une irrésistible cascade de sympathie. Ce qui fait de Bella l’un des personnages mémorables du cinéma, un cinglé qui arrive Frankeinstein une jolie femme, du prisonnier d’une maison et des hommes à un libre penseur. Celle qui, sans se souvenir de rien, depuis la rivière où elle est capturée, s’instruisant et expérimentant aussi le militantisme socialiste, Le bonheur s’invente.

Tout cela au détriment de Mark Ruffolo (Duncan Wedderburn), un avocat séduit qui, en lui proposant un grand tour, lui donne la clé du monde.

Ramy Youssef et Emma Stone dans « Pobres ». (Images de réflecteur)

Comme le livre du même nom d’Alasdair Gray. (sorti en 1992) sur lequel s’appuie le film, livre mêlant écrits, illustrations et autres documents de style gothique/victorien, Yorgos construit une époque mythologique lunaire et explosive. Qu’il représente en noir et blanc, en couleur, et le déforme avec des lentilles fish-eye. Amusant pour les amateurs de livres 3D, de sommes, de portes dans les portes ; moins pour ceux qui sont intolérants aux exercices de style.

Pourtant, même dans sa surabondance décorative, le film a une qualité exemplaire difficile à ignorer. Un arc narratif en couches. Et une admirable évolution de caractère.. Au final, on a du mal à croire le point de départ, que Bella/Emma qui ressemblait à Helen Keller dans Anna des miracles.

Yorgos Lanthimos avec Leone d’Oro pour « Poor Things ». (Getty Images)

il jeta

Emma Stone (Bella Baxter). Mark Ruffalo (Duncan Wedderburn). Willem Dafoe (Godwin Baxter). Ramy Yousef (Max McCandless). Christopher Abbot (Alfie Blessington). Suzy Bemba (Toinette). Jerrod Carmichael (Harry Astley). Kathryn Hunter (porc). Vicki Pepperdine (Mme Prim). Margaret Qualley (Félicité). Hanna Schygulla (Martha von Kurtzroc).

pauvres choses. Quand sort-il au cinéma ?

La publication italienne de pauvres choses (Pauvres créatures !) est prévu pour le 25 janvier 2024. La victoire du Lion d’Or à Venise 80 pourrait-elle susciter quelques attentes ? Peut être. Il ne reste cependant plus qu’une chose à faire : attendre une éventuelle annonce.

© TOUS DROITS RÉSERVÉS