La Fureur d’Alessandra Carnaroli : la critique de Serena Dandini

La Fureur d’Alessandra Carnaroli : la critique de Serena Dandini

27 septembre 2023 Non Par Valantine
Les Derniers Buzz

Serena Dandini (photo de Gianmarco Chieregato).

Je l’avais gardé comme un bon bonbon qui ne se mange pas tout de suite mais attend le moment idéal pour en profiter pleinement. Même un livre peut être un prix, si vous savez choisir le bon jour pour le goûter. Donc c’était ça.

Je vous avais déjà parlé de cette auteure talentueuse et surprenante dans une précédente chronique, mais à l’époque c’était son recueil de poèmes, 50 tentatives de suicide plus 50 objets contondantsmaintenant à la place Alessandra Carnaroli commence en prose par La fureur (Solferino), dans la belle série Pavoni éditée par Teresa Ciabatti.

Conseils de lecture : neuf livres à lire en une seule séance

La fureur c’est un livre mais aussi une séance musicale « agrammaticale », une immersion dans la contemporanéité de nos viesqui, à leur tour, comme les voix du livre, n’ont pas de tendance régulière mais vacillent et changent de style et de couleur jour après jour, exposées à la douleur, aux chocs et aux joies inattendues (beaucoup plus de chocs que de joies).

Cependant, pour être honnête, la prose et la poésie sont des catégories abstraites pour cet auteur, totalement insuffisant pour définir son style. Alessandra Carnaroli écrit et c’est tout, et laisse aux lecteurs l’entière liberté de tout lire d’une traite, sans avoir à l’enfermer à tout prix dans un genre prédéfini.

« La Furie » d’Alessandra Carnaroli (Solférino).

«Je devais écrire un livre qui parlait de comment nous les femmes vivons, de qui nous fait du mal et de qui nous fait du bien, des femmes qui vont bien et de celles qui souffrent, de la violence de certains hommes et de l’amour des autres…».

Pour mettre les choses en ordre, si possible, Miranda est la protagoniste de ces histoires qui s’entremêlent tellement qu’elles deviennent un chœur polyphonique. dans lequel nous nous reconnaissons en découvrant nos blessures et nos faiblesses mais aussi toutes les bagatelles quotidiennes qui nous affligent ou, pire encore, captent obsessionnellement notre attention.

Carnaroli est un grand observateur, un voyeur expert de la vie des autres et de la chronique la plus misérable. qui définit maintenant notre passage à travers la terre. La force narrative de Carnaroli réside dans les détails – on sait que le diable se cache dans les détails – mais ce sont eux qui rendent les histoires fascinantes.

L’auteur a aussi une autre arme infaillible pour amalgamer tout ce qui est ironie., surtout l’auto-ironie qui donne des ailes à tout contenu dramatique. Alors on ne peut que se laisser embarquer dans le flot des pensées qui survolent le papier, sans ponctuation canonique et rassurante, et croyez-moi ça ne vous dérangera pas car comme moi vous serez déjà à l’intérieur du livre et vous n’aurez plus envie d’en sortir.

Tous les articles de Serena Dandini

.