Films italiens à la Mostra de Venise 2023 : les intrigues

Films italiens à la Mostra de Venise 2023 : les intrigues

2 décembre 2023 Non Par Valantine
Les Derniers Buzz

Il reste un peu plus d’une semaine et le Mostra de Venise 2023 dans sa 80e édition. De nombreux titres sont attendus au Lido et notamment italiens contenant le meilleur de la production contemporaine. Avec le regret de ne pouvoir voir challengers par Luca Guadagnino, D’abord annoncé comme film d’ouverture, puis retiré de la production en raison d’une grève des acteurs. Mais quelles histoires verrons-nous prendre vie à l’écran ? Les voici en détail.

Io Capitano de Matteo Garrone, à la Mostra de Venise 2023. La bande-annonce

Mostra de Venise 2023 : films italiens

1. enfin l’aube par Saverio Costanzo

neuf ans plus tard coeurs affamés, le réalisateur de la série l’ami brillant revient au cinéma avec une histoire qui se déroule à Hollywood sur les rives du Tibre. Nous sommes à Rome, en 1953, quelques heures après le meurtre de Wilma Montesi, une aspirante actrice de 21 ans retrouvée morte à Torvaianica. Dans le film, Plusieurs personnes liées à un péplum se déroulant dans l’Égypte ancienne et en cours de réalisation à Cinecittà se retrouvent à partager des moments importants.

Dans le rôle de Mimosa (Rebecca Antonaci), une jeune fille simple qui va bientôt se marier, à Cinecittà pour jouer une figurante, dans le rôle de Wilma. Mais il y a aussi Joséphine (Lily James), la star hollywoodienne menacée par la nouvelle génération d’acteurs, et Rufus Priori (Willem Dafoe), galeriste et ami américain. de Joséphine, qui dirigera le groupe improbable dans son voyage nocturne. En salles à partir du 14 décembre.

2. je suis capitaine par Matteo Garrón

Écrit par le réalisateur Massimo Gaudioso et par l’acteur Massimo Ceccherini, le film raconte le parcours aventure de deux jeunes, Seydou et Moussa, qui quittent Dakar pour rejoindre l’Europe. Une odyssée contemporaine à travers les dangers du désert, les horreurs des centres de détention libyens et les périls de la mer. Joué par des acteurs non professionnels, je suis capitaine Il sortira en salles le 7 septembre et s’inspire de quelques histoires vraies.. Ceux de Kouassi Pli Adama Mamadou, Anaud Zohin, Amara Fofana, Brhane Tareke et Siaka Doumbia, tous des garçons qui ont fait le même parcours que les protagonistes.

Une scène de « Io Capitano » de Matteo Garrone. (01 Distribution)

3. lubo par George Rights

Avec la belle Franz Rogowskiactuellement en salles avec Des billets par Ira Sachs, Le film raconte l’histoire de Lubo Moser, un jeune Jenisch ou membre d’une des populations nomades définies comme « gitans ».. L’homme a un caractère fort et joyeux et est très attaché à sa famille, composée de son épouse Mirana et de leurs trois enfants. Lupo ne craint pas la vie nomade, au contraire il aime avoir la liberté de se déplacer de temps en temps avec la charrette. et récolter des fonds en jouant de l’accordéon lors de leurs spectacles sur la place. Cependant, nous sommes dans les années 1930 et des vents de guerre soufflent depuis l’Allemagne et ont des répercussions sur toutes les frontières européennes.. Dans ce climat de tension, le gouvernement suisse déclare la mobilisation de ses citoyens masculins, dont les gitans. C’est ainsi que Lubo se retrouve en uniforme avec pour tâche de contrôler et de défendre les frontières. D’après le roman de Mario Cavatore..

Franz Rogowski dans une scène de « Lubo ». (01 Distribution)

4. Le commandant par Édouard De Angelis

Se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale, le film met en vedette Salvatore Todaro (Pierfrancesco Favino)qui gouverne le sous-marin Cappellini de la Regia Marina à votre façon : arc renforcé d’acier pour des assauts improbables, coups de canon en surface pour mettre l’ennemi face à face. Et une équipe armée de poignards pour des combats au corps à corps impossibles. En octobre 1940, alors que nous traversons l’Atlantique, on aperçoit la silhouette d’un cargo voyageant tous phares éteints.le Kabalo, dont on découvrira plus tard qu’il est de nationalité belge et qui Soudain, il ouvre le feu sur le sous-marin et l’équipage italien.. S’ensuit une bataille courte mais violente au cours de laquelle le commandant Todaro doit prendre une décision importante. D’après le livre de Sandro Veronesi. avec une bande originale écrite par Robert Del Naja de Massive Attack.

Pierfrancesco Favino dans une scène du « Comandante ». (01 Distribution)

5. Félicité par Micaela Ramazzotti

Débuts dans les coulisses de la bonne actrice italienne qui dirige un casting composé de Max Tortora, Anna Galiena et Sergio Rubini. Le film raconte une histoire familiale difficile ou celle d’une famille dysfonctionnelle, composée de parents égoïstes et manipulateurs, qui forment une sorte de monstre à deux têtes. Et cela prive leurs enfants de tout espoir de liberté future. La seule qui peut sauver Claudio (Matteo Olivetti) de ce sort est sa sœur aînée Desirè (Micaela Ramazzotti).. Déterminée à lutter contre toutes convictions et privations au nom du seul amour qu’elle connaisse et à atteindre un minimum de bonheur.

Le casting de « Happiness » réalisé par Micaela Ramazzotti. (01 Distribution)

6. Énée par Pietro Castellitto

Deuxième œuvre du jeune réalisateur, le film raconte l’histoire de l’amitié entre Enea (Pietro Castellitto) et Valentino (Giorgio Quarzo Guarascio).. En plus du trafic de drogue et de la fête, les deux partagent une jeunesse et une vitalité incorruptible. Au-delà des limites des règles, de l’autre côté de la morale, il y a une mer pleine d’humanité et de symboles à découvrir et les deux amis vont la survoler jusqu’aux conséquences les plus extrêmes. Cependant, la drogue et le crime sont l’ombre invisible d’une histoire qui parle d’autre chose : un père mélancolique, un frère qui se bat à l’école, une mère vaincue par l’amour et une belle fille.. C’est au milieu des fissures de la vie quotidienne que l’aventure d’Enea et Valentino semblera peu à peu criminelle, mais pour eux c’est et sera avant tout une aventure d’amitié et d’amour. Au casting figurent également le Père Sergio et Benedetta Porcaroli, avec qui Pietro Castellitto a eu une histoire d’amour brève et passionnée..

Une scène du film « Enea » de Pietro Castellitto. (Répartition de la vision)

7. Adage par Sergio Sollima

Dernier chapitre de la trilogie criminelle après UN TAXI mon Suburale film présente Manuel, un garçon de seize ans, qui essaie de profiter de la vie au mieux de ses capacités, tout en prenant soin de son père âgé. Victime de chantage, il se rend à une soirée pour prendre quelques photos d’un mystérieux individu mais, se sentant trompé, il décide de s’enfuir.. Il se retrouvera ainsi persécuté par des maîtres chanteurs dangereux et bien décidés à éliminer celui qu’ils considèrent comme un témoin gênant. Manuel Il comprendra qu’il est empêtré dans quelque chose qui le dépasse et il sera obligé de demander protection à deux ex-criminels.vieilles connaissances du père. Au casting on retrouve Pierfrancesco Favino, Toni Servillo, Adriano Giannini et Valerio Mastandrea et la bande originale de Subsonica.

Une scène de « Adagio » de Sergio Sollima. (Répartition de la vision)

8. l’ordre du temps par Liliana Cavani

D’après l’essai homonyme de Carlo Rovelli, le film du réalisateur Gold Lion for Lifetime Achievement raconte l’histoire de un groupe de vieux amis qui se retrouvent chaque année dans une villa au bord de la mer à Sabaudia pour fêter l’anniversaire de l’un d’eux. Pendant les vacances, la fête reçoit une terrible nouvelle : le monde tel que nous le connaissons pourrait prendre fin dans quelques heures. Le temps qui les sépare de l’apocalypse semble s’écouler d’une manière différente, parfois rapide et parfois éternelle, tandis que le groupe d’amis affronte ses dernières heures une nuit d’été qui changera sa vie pour toujours. Avec un casting exceptionnel comprenant Alessandro Gassmann, Claudia Gerini, Edoardo Leo, Ksenia Rappoport et Valentina Cervi. En salles à partir du 31 août.

Edoardo Leo et Alessandro Gassmann dans une scène de « L’Ordre du Temps ». (Répartition de la vision)

9. Le paradis par Enrico Maria Artale

En compétition dans la section Horizons, le film raconte la vie de Julio (Edoardo Pesce), quarante ans, qui vit toujours avec sa mère. dans la maison qu’ils ont près du fleuve dans la zone maritime de Fiumicino, près de Rome. La femme (Margarita Rosa De Francisco Baquero), contrainte de quitter la Colombie dans sa jeunesse, enceinte de son fils, est une femme forte avec qui Julio entretient une relation complexe, symbiotique, profonde et morbide. Une complicité qui les amène à partager une passion pour les danses latino-américaines et à travailler comme passeurs de drogue. C’est ça il sera bouleversé par l’arrivée d’une jeune Colombienne (María Del Rosario) Également impliqué dans le trafic de drogue.

Margarita Rosa De Francisco Baquero et Edoardo Pesce dans une scène de « El Paraíso ». (Cinéma Rai)

dix. Niveau supérieur par Simone Massi

Une scène de « Invelle » de Simone Massi. (Bureau de Presse de la Biennale du Film)

Long métrage d’animation en compétition à Orizzonti à la Mostra de Venise 2023, le film est Se déroulant en 1918, il raconte l’histoire de Zelinda, une paysanne sans mère et sans père pendant la guerre.. Après avoir abandonné les jeux d’enfance, il doit s’occuper de la maison, de l’écurie et de ses frères, mais un jour, à la fête du village, il découvre comment la fantaisie et l’imagination peuvent redonner vie à sa mère.

Un autre protagoniste, cette fois en 1943, est la petite Assunta. qui se tient en équilibre sur une jambe, la tête tournée vers le ciel et garde le pied dans une autre guerre mais, dès qu’il le peut, Assunta cousez une robe colorée, lancez-vous et comme par magie la guerre était une blagueou du moins n’existe plus.

.