Femmes et travail : le long chemin de l’égalité des droits

Femmes et travail : le long chemin de l’égalité des droits

23 septembre 2023 Non Par Valantine
Les Derniers Buzz

Il y a encore un long chemin à parcourir si dans l’entretien la question qu’il ne faut jamais poser (« Avez-vous l’intention de fonder une famille ?) se heurte à une indifférence feinte, embarrassant le candidat avec de bonnes notes et des attentes élevées, prêt à tout sauf aux préjugés sexistes.

Danda Santini réalisatrice de « iO Donna » (photo de Carlo Furgeri Gilbert).

Il y a encore de mauvais comportements à désobéir si les femmes de l’entreprise sont scannées comme des pièces de boucherie par des collègues persuadés que la virilité s’exhibe avec des procès de caserne. Des mesures doivent encore être prises pour empêcher les femmes italiennes de quitter leur emploi à la naissance de leur enfant faute de soutien.

Et il y a plus à vérifier, si même les démissions pendant le congé de maternité sont accompagnées d’une indemnité qui pourrait plutôt être utilisée pour l’entretien ou la garde des enfants et permettre aux femmes de rester sur le marché du travail. Tant qu’on croit vraiment aux écoles maternelles, et il n’arrive pas qu’après les avoir promises dans le PNRR elles redeviennent lettre morte.

Femmes et travail : les chiffres de l'emploi féminin s'améliorent

Des ajustements doivent être apportés si le salaire annuel des mères 15 ans après la naissance du premier-né est en moyenne environ la moitié de celui des femmes sans enfant.; si le salaire d’une femme est en moyenne inférieur de 15 % à celui de ses pairs (et jusqu’à 20 % inférieur chez les diplômés et les cadres). Si ces quelques femmes qui ont accédé au poste de PDG correspondent à un public qui se retrouve en fin de carrière avec de maigres pensions dues à des interruptions continues dues à des causes familiales, épuisé par la double charge de stress, à la maison et au travail.

Image de Cinzia Zenocchini

Cependant, un changement culturel n’a pas encore eu lieu dans les bureaux, celui qui tape le plus fort sur la table avec ses poings fait carrière, si la présence l’emporte sur l’efficacité, si les critères de mérite ne changent pas et ne sont pas rigoureusement appliqués. Mais nous ne pouvons pas oublier ce qui a été fait pour récupérer en peu de temps, en un peu plus d’un siècle, une exclusion qui a duré des millénaires.

Dès la première demande de « piscinine », les apprentis des tailleurs milanais du début du 20e siècle, des filles de sept à quatorze ans exploitées par quarts de quinze heures par jour, dans « demoiselles », les dactylographes arrivées dans les bureaux dans les années 50jusqu’à ce que les femmes managers des années 80 et puis les quotas de femmes et la conquête du pouvoir politique aujourd’hui, combien d’emplois et de droits conquis avec détermination, les uns après les autres.

Et combien de réactions brisées à travers l’histoire pour bloquer le processusbannissant les femmes des livres et de l’éducation, les enfermant chez elles et les reléguant à des emplois non rémunérés, puis jugées culturellement inaptes à enseigner dans les lycées, incapables de juger lucidement devant les tribunaux, hormonalement instables.

C’était seulement avant-hier, c’était le temps de nos grands-mères. Aujourd’hui nous sommes au top: encore certains, bien sûr. Modèle, pour montrer la voie. Mais c’est clair et bien dessiné. Se retourner pour le regarder de temps en temps est bon pour tout le monde.

.