Des idées pour une ville du futur, c’est réalisable

Des idées pour une ville du futur, c’est réalisable

19 février 2024 Non Par Valantine
Les Derniers Buzz

Nous sommes en 2043. Un jeune homme de vingt ans erre dans la ville. L’air est pur car peu de voitures électriques circulent. Vous vous déplacez à vélo, à pied ou en métro, qui va partout même tard le soir. Dans chaque quartier il y a un parc, entre les bâtiments il y a des couloirs verts pleins de plantes. Les voitures garées partout et l’asphalte chaud en été appartiennent au passé. A distance de marche, l’enfant trouvera tout ce dont il a besoin, il y a des maisons à louer à des prix équitables pour aller à l’université ou vivre seul.

Je change de vie et je déménage.  Où?  Dans l'une des 5 villes les plus heureuses d'Europe

Construire les villes du futur

Ce rêve pourrait devenir réalité. À condition que nous commencions dès aujourd’hui à construire un avenir différent. Il existe déjà un réseau international d’une centaine de maires des grandes métropoles – de Londres à Bangkok, de Delhi à New York en passant par Milan et Rome – qui fonctionne au projet de changer la ville pour la rendre plus durabletrouver des solutions pour réduire les gaz à effet de serre et contenir l’augmentation des températures à 1,5 degré par rapport aux niveaux préindustriels, et de manière plus équitable.

« Les villes sont vouées à croître : dans vingt ans, 70 pour cent de la population mondiale sera urbaine », explique-t-il. Stefano Boeri, architecte, directeur scientifique de Forestami et directeur du laboratoire Rome 2050. « D’une part, les villes sont la cause et l’accélération du changement climatique, produisant 75 pour cent des gaz à effet de serre. D’autre part, ce phénomène accroît la désertification et contribue à son accroissement, du fait des réfugiés climatiques. Dans 20 ans, il y aura 250 millions de personnes.. Et ils tenteront de se diriger vers le nord du monde et vers les zones les plus habitables. « Nous devons commencer à nous équiper pour accueillir ce flux. »

La Tour Trudo à Eindhoven du studio Boeri est la première Forêt Verticale en logement social. Photo : Stefano Boeri Architetti Trudo Vertical Forest_101MEDIA727_ (c)Stam + De Koning Bouw

La formule 3-30-300 pour vivre mieux

Boeri est clair : les arbres absorbent le CO2 que nous avons déjà produit, ils sont un outil efficace, économique et inclusif. Et à ce titre, ils devraient être plantés partout. La solution n’est pas immédiate, mais elle permet à moyen et long terme de s’attaquer aux causes du changement climatique et d’en réduire les inconvénients. «Chaque arbre crée de l’ombre et purifie l’air de la pollution par les poussières fines., contribue à la biodiversité et à la santé humaine. Le vert neutralise l’augmentation des températures et augmente la perméabilité du sol », commente-t-il. «Un ami, l’érudit néerlandais Cecil Konijnendijk, résume ce dont nous aurions besoin dans une formule : 3-30-300. « Chacun de nous devrait pouvoir voir au moins 3 arbres depuis sa maison, vivre dans un quartier avec au moins 30 pour cent d’arbres et pouvoir atteindre un parc à moins de 300 mètres. »

Les effets dévastateurs du changement climatique

Bien qu’elle soit à l’avant-garde en Italie, Milan et ses arbres n’ont pas été épargnés ces deux dernières années par les effets dévastateurs du changement climatique : en 2022 une terrible sécheresse, cette année des tempêtes avec des vents de plus de 100 km/h qui s’est déchiré et s’est cassé même des spécimens sains. Il ne faut pas se décourager : il faut continuer à planter des arbres, mais surtout en prendre soin correctement après les avoir plantés. Non à l’étêtage et à la taille sauvage qui affaiblissent et tuent la plante, pas les voitures garées sur les racines, pas tout ce qui rend le sol dur comme le béton et incapable d’absorber l’eau de pluie. Il faut également respecter ses racines lors du creusement pour poser des canalisations urbaines.

Les plantes se développent mieux si elles sont plantées en petits groupes : un bosquet d’arbres dans un grand parterre ou sur une place par exemple apporte de la fraîcheur, est plus résistant et devient une petite oasis de biodiversité. La règle d’or est de recréer un environnement le plus proche possible du naturel. Concernant les événements extrêmes, nous devons être préparés, car ils peuvent se reproduire. Une stratégie consiste à élaguer les arbres selon des techniques particulières déjà utilisées avec succès aux États-Unis, permettant aux plantes de résister aux tornades. Avec la bonne approche, les arbres peuvent y parvenir.

Le travail à distance pour tous : les villes s’améliorent

Paris essaie. La maire Anne Hidalgo a adopté la philosophie de la « ville au quart d’heure » où les services primaires sont accessibles aux habitants à moins d’un quart d’heure de marche de leur domicile, évitant ainsi le déplacement en voiture. «Il faut retourner dans la ville de l’archipel.« , commente Boeri,  » où chaque unité de quartier dispose des services nécessaires, des couloirs verts et des parcs qui la relient au reste de la ville.  » Un principe qui doit être appliqué à tous les quartiers, centraux et périphériques.

« Le Covid nous a fait comprendre l’utilité des services de proximité : écoles publiques, crèches, commerces, services de santé et culturels. Les diffuser partout et avec le même niveau de qualité permet de réduire les inégalités. » Vivre, travailler intelligemment et profiter de son temps libre sans longs déplacements change la vie des gens. «L’intelligence artificielle pourrait entrer en jeu à l’avenirà condition que le travail à distance soit accessible à tous, et pas seulement aux groupes les plus riches. »

Vienne, ville-archipel, fut pionnière dès 1923

Si l’idée de la ville-archipel vous semble innovante, sachez qu’à Vienne les premières expérimentations de quartiers avec pharmacie, parc, dentiste, bibliothèque et même clinique remontent à 1923. Et elles concernaient des logements sociaux. «Dans les années 70 et 80, nous l’avons également essayé en Italie.créer des dinosaures concrets, avec des services peu à peu abandonnés et avec des habitants issus du même groupe socioculturel, générant ainsi un ghetto », explique Boeri.

Ce qu’il faut, ce sont des lieux d’inclusion, où des Italiens de différents groupes sociaux, des immigrés et des jeunes peuvent vivre ensemble. En Europe du Nord, le logement social dispose de plus d’espace qu’en Italie. Il s’agit de logements construits par des particuliers et loués à des prix supérieurs à ceux des logements sociaux, mais inférieurs à ceux du marché. À Eindhoven, aux Pays-Bas, le studio de Boeri a créé Trudo, la première forêt verticale de logements sociaux.

Villes du futur : moins de voitures en circulation, un air plus pur

Est-il possible de vivre en métropole sans voiture ? Tokyo (13 millions d’habitants) y est parvenu. Il y a bien sûr des voitures, mais les places de stationnement en ville sont rares et coûteuses, et le stationnement dans la rue est strictement interdit. Avec des transports publics ultra-efficaces, qui transportent chaque jour 30 millions de voyageurs en train, utiliser la voiture n’a pas de sens. A Milan, comme dans d’autres villes italiennes, trop de voitures entrent chaque jour (plus de 800 000). Voyager en voiture est une obligation lorsqu’il n’y a pas d’alternative compétitif pour se rendre au travail. Mais la circulation automobile est la principale cause de la mauvaise qualité de l’air.

« Selon une étude, 73 000 personnes meurent chaque année prématurément en Italie à cause des particules fines (PM 2,5), dont 40 000 dans la vallée du Pô », explique Anna Gerometta, présidente de Cittadini per l’aria. «A ces personnes, il faut ajouter les malades qui pèsent sur le budget de la santé publique. « L’activation de mesures visant à améliorer l’air aurait également des avantages économiques. » Ce ne sont pas seulement les fines particules qui empoisonnent nos poumons. Selon une étude de Cittadini per l’aria, le dioxyde d’azote en Lombardie équivaut en moyenne à 44,8 microgrammes par mètre cube, une concentration qui dépasse quatre fois les lignes directrices de l’OMS et même la limite la plus permissive de la directive de l’Union européenne sur l’air. qualité. .

Des transports plus efficaces

Dans une lettre envoyée aux maires en mars dernier, 14 000 pédiatres et néonatologistes ont dénoncé les effets négatifs de l’exposition aux polluants atmosphériques sur les enfants, notamment sur les poumons et le système nerveux central. Là où des mesures ont été prises pour rendre piétonnières les rues devant les écoles, les niveaux de dioxyde d’azote ont diminué. Selon Gerometta, le changement est possible. Avec un système de transports en commun efficace (Londres et Berlin en sont des exemples vertueux), avec des parkings d’échange où l’on peut laisser sa voiture pour prendre le métro ou le vélo électrique, favorisant la mobilité active avec des pistes cyclables, mise en place de zones piétonnes ou à faible vitesse (20 km/h) à proximité des écoles, fixer la limite de 30 km/h sans préjudice des axes de circulation, augmenter les arbres…

Le problème est complexe et pour l’améliorer, il est nécessaire d’intervenir sur tout ce qui génère des émissions nocives : l’utilisation du bois pour le chauffage, l’agriculture intensive et l’élevage. Nos politiciens doivent avoir une vision de l’avenirqui considère réellement la santé publique comme un bien qui doit être protégé et intervient pour renforcer les chemins de fer et les transports publics, au lieu de favoriser l’automobile et le transport routier.

© TOUS DROITS RÉSERVÉS