Le quotidien Le Parisien publie des extraits du livre de la journaliste Sandrine Campese, Monsieur le président, je vous écris aujourd’hui, qui sort ce vendredi aux Editions de l’Opportun. Le département de l’Elysée dédié en charge de ce courrier, le Service de la correspondance présidentielle (SCP), reçoit environ 800 lettres par jour qui vont des plus désespérées aux plus désopilantes. 101 lettres sont compilées dans le recueil : extraits des plus insolites.

Le passe-plat
«Monsieur le président, mon chef me regarde bizarrement depuis quelques jours, je sens que je vais être viré. Pourriez-vous (…) appeler mon employeur qui ne jure que par vous (ne dites pas que je vous l’ai dit). Quand il vous aura , il sera obligé de me garder, c’est sûr…»

L’entremetteur
«Monsieur le président, c’est ma mère qui m’a poussé à vous écrire. Elle est désespérée que je sois célibataire à 38 ans. Je vous rassure, ce n’est pas pour vous que j’écris (pardon, mais vous êtes trop dégarni pour moi). Ma mère pense que compte tenu du nombre de personnes que vous connaissez, mon futur mari devrait statistiquement se trouver dans le lot.»

Monsieur Irma
«Monsieur le président, on vient de me transmettre le présage cosmique suivant. Je vous le retranscris tel qu’il m’a été envoyé: Président Hollande devra bientôt prendre un avion mais suite accident atterrira sur une île inconnue aux créatures dangereuses besoin urgent protection karmique. Annulez tous vos déplacements, Monsieur le président, c’est trop risqué.»

Délation
«Monsieur le président de la République, je m’inquiète pour mon voisin Patrice X. Il a acheté une voiture de sport que je sais pas ce qu’il vent pour mettre l’essence tellement qu’elle consomme. En plus, il travaille pas, et c’est la que je me pose la question.»