Troquer son bonnet A pour un bonnet C pour la journée, c’est possible aux Etats-Unis.  Et sans coussinet à cacher dans le soutien-gorge, ni push-up. La dernière technique à la mode consiste à injecter du sérum physiologique dans les seins. C’est le New York Times, dans son édition en ligne du 20 août, qui relaie cette lubie new-yorkaise qui s’effectue en moins de 20 minutes souvent à l’heure du déjeuner (lunch surgery).

Le carrosse se transforme en citrouille
Le tour de passe-passe ne dure que vingt-quatre heures et ensuite la poitrine reprend sa taille d’origine et le carrosse se transforme en citrouille pourait-on dire… A l’origine, cette technique est utilisée par les chirurgiens américains lors des opérations esthétiques d’augmentation mammaire. Ils injectent du sérum physiologique dans la poitrine de leur patiente afin de leur donner une idée de la taille après l’opération. Aujourd’hui cet usage a été détournée et les Américaines se ruent sur cette distension à usage unique qui ne dure pas plus de vingt-quatre heures. Coût du tour de magie : 2 600 euros et ensuite pschitt… le liquide injecté se dissout dans le sang. Le seul désagrément de l’injection serait l’apparition de légers bleus selon les praticiens.

« Je pourrais porter un bikini à ficelle »
Le quotidien New Yorkais a recueilli le témoignage à couper le souffle d’une jeune femme qui a succombé à l’appel des « seins gonflés éphémères ». A 41 ans, Amanda Sanders, conseillère en image à New York et mère de deux enfants confie que : «Ça valait le coup,». «Je pourrais porter un bikini à ficelle et me sentir vraiment sexy. Je suis dans le business de la vanité. En tant que conseiller en image, je me dois d’être et de paraître. »

Même si cette technique est autorisée aux Etats-Unis, elle ne fait pas l’unanimité chez les praticiens américains. En France, l’opération ne se pratique pas.