Terminés les colliers de nouille et cendriers en pâte à sel. Les enseignants de l’école La Chavanne d’Allinges (Haute-Savoie) ont décidé que leurs élèves ne fabriqueraient pas de cadeau pour la fête des mères ni pour la fête des pères rapporte Le Parisien de ce vendredi 23 mai. Sur 17 enseignants de l’école, 15 ont été favorables à cette décision.

Le quotidien révèle le mot qui a été inscrit dans le carnet de liaison des élèves : « Madame, Monsieur. Afin d’éviter les situations délicates pour de nombreux élèves dans l’école, à l’évocation de la fête des mères ou de la fête des pères, le conseil de maîtres a décidé que ces événements ne seraient plus l’occasion d’un travail en classe, quel que soit l’âge des enfants, y compris en maternelle. (…) Nous laisserons donc le soin aux familles de traiter le sujet elles-mêmes si elles le souhaitent ».

Pétition des parents mécontents
La directrice de l’école a indiqué au Parisien ne pas souhaiter s’exprimer « en voie de presse ». Elle a uniquement confirmé que l’expression « situations délicates » « englobe tous les cas », c’est-à-dire les enfants qui ont perdu un de leurs parents, les enfants de parents divorcés ou encore de familles recomposées. Certains parents approuvent cette décision tandis que d’autres ont lancé une pétition. La directrice se dit prête à en parler avec les parents d’élèves, mais rappelle qu' »aucun texte de l’Éducation nationale n’oblige les enseignants à célébrer la fêtes des mères ou des pères ».

Pourquoi je suis contre cette décision ?

– Outre la transmission du savoir, les maîtres d’école sont aussi là pour répondre aux interrogations des enfants. Ils doivent être pédagogues et expliquer les difficultés de la vie aux enfants de divorcés, qui n’ont n’ont pas ou plus de maman ou qui vivent dans une famille recomposée.

– C’est quand même mieux d’expliquer aux enfants les difficultés de la vie plutôt que de pratiquer la politique de l’autruche. Les enseignants doivent être suffisamment psychologues pour en parler à des enfants en bas âge. Les études montrent qu’il vaut mieux parler des sujets délicats plutôt que de les ignorer et en faire un tabou.

– Il y a une multitude de « mères ». Les enfants qui n’ont pas ou plus de maman ont forcément quelqu’un qui pense à eux. Pourquoi ne pas leur proposer de fabriquer un cadeau pour cette personne.

– Je lis partout que la fête des mères est une fête commerciale. Quand les enfants fabriquent eux-mêmes un cadeau, c’est une bonne façon de prouver que cette fête n’est pas commerciale et une bonne façon de penser à sa maman ou à une autre personne que l’on aime.

– La fête des mères apprend aux enfants à garder un secret. En fabriquant un cadeau en classe, les enfants doivent garder le secret jusqu’au jour où ils l’offriront.

– C’est un rituel de confectionner un cadeau pour sa maman à l’école. Un poème, un dessin, un cendrier, un collier de pâtes.

– Quand on redécouvre, à l’âge adulte, les cadeaux que l’on a fabriqué, c’est un vrai bonheur de se replonger dans ses souvenirs d’enfance.

Sondage

[yop_poll id= »2″]